•  

    ASSOCIATION « OUVRIR LE DEBAT » CONFERENCE-DEBAT

    Marc-Olivier Padis

    Agrégé de lettres modernes, rédacteur en chef de la revue Esprit, auteur de « Les multinationales du cœur » (Seuil), « Marcel Gauchet, la genèse de la démocratie » (Michalon)

    LA FRANCE VIEILLIT

    Quels impacts psychologiques, culturels, sociaux, économiques, politiques ?...

    Démographiquement parlant, le vieillissement est l’accroissement de la part des personnes âgées dans une population. La France, après l’Irlande, malgré un taux de fécondité  par femme ( 2,1 %) supérieur à ses voisins  européens , vieillit comme les autres. En 2015, on comptera 25% de plus de 60 ans contre  20% en 1995, chiffres qu’explique pour une grande part l’augmentation  de l’espérance de vie à la naissance  (84,5 ans  pour les femmes en 2009 contre 69 ans en 1945 ; 77,8 ans pour les hommes contre 64 ans). Et en 2035, c'est-à-dire demain, un tiers des français aura 60 ans et plus ! Ces évolutions majeures ne sont pas sans impacts. On pense naturellement aux questions  largement débattues, sinon résolues,  de la prise en charge des retraites et de la dépendance. Mais les conséquences d’un tel mouvement sont multiples et complexes et ne concernent pas les « ainés » seuls. Il impacte le parcours de vie de tout un chacun  et bouleverse les équilibres des  relations entre trois  générations désormais appelées à coexister . Quelles répercussions sur les liens familiaux ? Quels partages des revenus et de la richesse ? Quelles  solidarités entre générations  ? Quels rapports de force dans les pouvoirs de décision ? Peut-on en cette année électorale  parler  d’un « grey power », d’un « pouvoir grisonnant » croissant ?... Ce sont toutes ces questions et bien d’autres que nous nous poserons avec Marc-Olivier Padis, rédacteur en chef de la revue Esprit qui sous sa conduite y a consacré récemment tout un dossier.

         Jeudi 8 Mars  2012 à 20 H 30 :SALLE G.BRASSENS – 35 av. de la Terrasse Juvisy-sur-Orge

    Association « Ouvrir le débat »   tél : 06 72 84 60 93         Entrée libre  

     


    votre commentaire
  • Stéphane Beaud vu par "Alternatives économiques" Un chercheur de terrain     

    Influencé par la sociologie bourdieusienne, il est avant tout un chercheur qui place son terrain d’enquête et les acteurs qui le composent au centre de l’analyse sociologique. Ainsi, durant sa thèse, il s’immerge pendant plusieurs mois dans des quartiers populaires de Dijon marqués par le déclin industriel ; il en tire, avec Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière, publié en 1999. Cet ouvrage marque le début d’une réflexion sur la transformation des milieux populaires dans la France contemporaine, que l’on retrouve aussi dans Violences urbaines, violence sociale (2003), consacré aux banlieues.

    Spécialiste des milieux populaires, Beaud montre par ailleurs comment l’école accentue encore les frustrations des jeunes issus de ces milieux en ne leur offrant pas ou plus les ressources nécessaires au processus d’ascension sociale, c’est la thèse de son ouvrage 80 % au bac… et après ?. Aujourd’hui, Stéphane Beaud est un des chercheurs français les plus actifs au sein de la discipline sociologique.

    Ses écrits

    Guide de l’enquête de terrain (1998), avec Florence Weber, coll. Repères, éd. La Découverte, 2003.

    Retour sur la condition ouvrière (1999), avec Michel Pialoux, éd. 10/18, 2005.

    80 % au bac… et après ? (2002), éd. La Découverte, 2003.

    Violences urbaines, violence sociale, avec Michel Pialoux, éd. Fayard, 2003.

    Pays de malheur : un jeune de cité écrit à un sociologue, éd. La Découverte, 2004.



     

    http://data0.eklablog.com/old/mod_article39497433_4f396edec178e.jpg http://data0.eklablog.com/old/mod_article39497433_4f396f4f27a1d.jpg


    votre commentaire
  •  

    Stéphane Beaud

     Sociologue, enseignant à l’ Ecole Normale Supérieure, auteur de «  Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des bleus en Afrique du Sud » (La Découverte 2011)

    Le « foot » : un fait de société à prendre au sérieux…   

    A partir du cas de la grève des joueurs de l’équipe de France de football lors du Mondial en Afrique du Sud ( juin 2010, le « bus de la honte ») et de l’affaire des quotas qui lui a succédé sept mois plus tard, Stéphane Beaud voudrait montrer , à rebours de nombreux préjugés autour de ce sport populaire, que le football peut et doit être pris au sérieux, comme un fait de société de grande importance.  Comment expliquer que 13 à 14 millions de téléspectateurs français assistent à des matches moyens de l’Equipe de France ? En quoi celle-ci est-elle un vecteur d’identification nationale ? Pourquoi la grève des joueurs n’est-elle toujours pas « passée » ? De quels types de transformations- carrières des joueurs, économie du football, jeunesses populaires, banlieue, etc.- ces récents évènements sont-ils le reflet ?

    La conférence de Stéphane Beaud vise à répondre à ces différentes questions en faisant le pari que les sciences sociales ont des choses à dire, différentes des seules leçons de morale qui tiennent lieu d’analyse dès qu’il s’agit de foot et de " banlieue"

     

                                                                               Mardi 14 février 2012

    Salle Georges Brassens
    35 avenue de la Terrasse-Juvisy-sur-Orge
    Association « Ouvrir le débat » - tél : 0672846093 – 
    blog : http://old.eklablog.com
    Entrée libre

                                                

                                                         

     


    votre commentaire
  • Jean Marie Delarue

    C'est Xavier Dupont qui a asuré la conférence, en raison de l'indisponibilité de JM Delarue

    Le premier conférencier accueilli par Ouvrir le débat ce 13 octobre 2011 est Jean-Marie Delarue.

    Pour en savoir plus : http://www.cglpl.fr/missions-et-actions/autorite-independante/

     

    Biographie du conférencier :
     
    Etudes d’histoire et de sociologie à l’Ecole normale supérieur de Saint-Cloud, à l’Ecole pratique des Hautes études et à l’Université de Paris VIII (1966-1970)
    Agrégation (histoire, 1969). Licence (sociologie, 1970)
    Professeur agrégé au lycée et à l’université de l’île de La Réunion puis à Paris (1970-1976)
    Concours et études à l’Ecole nationale d’administration (1976-1979)
    Auditeur au Conseil d’Etat (1979), maître des requêtes (1984), conseiller d’Etat (1997)
    Rapporteur à la section du contentieux, puis chef du centre de documentation du Conseil d’Etat ; membre de la section sociale, rapporteur puis commissaire du gouvernement à la Cour supérieure d’arbitrage.
    Diverses fonctions et missions exercées au Ministère des affaires sociales et des transports telles que rapporteur de la commission d’orientation sur les transports (1981-1982) ; Secrétaire général du Comité national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé (1983 -1984) ; conseiller juridique de la direction des transports terrestres (Département des transports, 1982-1984).
    Conseiller technique et directeur-adjoint du cabinet du Ministre de l’Economie et des Finances (Jacques Delors,1984), du Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle (Michel Delebarre, 1985), du Ministre de l’Equipement, des Transports et de la Mer (Michel Delebarre,1988).
    Chef de service des Affaires Sociales du Commissariat général du Plan (1985)
    Délégué interministériel à la ville et au développement social urbain (1991-1994)
    Directeur du département des Libertés Publiques et des Affaires Juridiques du Ministère de l’Intérieur (1997-2001)
    Rapporteur général de la commission nationale de contrôle de la campagne pour l’élection présidentielle (2002)
    Président de la 7ème sous-section du contentieux au Conseil d’Etat (2002-2007), puis Vice Président de la section du contentieux au Conseil d’Etat (2007-2008)

    1 commentaire
  • Depuis 2006, date de sa création, notre association a accueilli les intervenants suivants :

    J-B. de Foucauld : « Y-a-t-il une crise du lien social? »

    G. Coq : «La laïcité à la Française doit-elle évoluer? »

    J.Généreux : « L'économie , au service de qui ? »

    J. Costa-Lacloux : "Enfants d'immigrés, enfants de la république"

     J-P. Worms : « Rénover la démocratie »

    C. Robert : « Construire ? Oui mais pour qui? »

    A. Villemeur : « La croissance américaine ou la main de l'Etat »

    F. Héran : « L'immigration est notre avenir »

    L. Hervouët : « La fabrique de l'info. Le grand chambardement »

    J-H. Lorenzi : « Une crise financière et économique si profonde… »

    Pap N’diaye : «Etre noir en France. Situation sociale d'une minorit

    P. Boisard : « Réconcilier le travail et la vie »

    F. Gilli : « Le projet d’un Grand Paris »

    J. Généreux : « Tout travail mérite salaire. Mais combien ? »

    A. van Zanten : « Choisir son école. »

    B. François : « Le cumul des mandats. Une pratique bien française »

    C. de Wenden : « Identité nationale-Bilan d’un débat controversé »

    F. Natali : « Quelles réformes pour une justice plus efficace et plus juste ? »

    M. Gauchet : « Le religieux et le politique »

    B. Le Loarer : « Jean Ferrat, l’artiste, l’homme de conviction et le poëte clairvoyant »

    T.Sauvadet « Les jeunes : leurs valeurs, leur rapport à l’avenir, leur moral »

    Y. Clot « Changer le travail pour changer la vie . Stress et souffrances au travail»

    J-M. Moura « Rire de quoi et jusqu’où ?

     


    votre commentaire