•                                                                              JAMIL DAKHLIA

     Maître de conférences à l’Université de Nancy 2- chercheur CREM-LCP (CNRS) Auteur de « Mythologie de la peopolisation » ( Le Cavalier bleu 2010)

    QUAND LES FRONTIERES « PUBLIC-PRIVÉ» SE METTENT A BOUGER …

    ENJEUX DÉMOCRATIQUES DE LA PEOPOLISATION  DE LA VIE POLITIQUE

    Dans les milieux supposés « éclairés », il est de bon ton de brocarder la « presse-people » (Voici, Gala, Closer…) et ses multiples déclinaisons, de pointer du doigt une peopolisation galopante de la société, de se désoler plus encore de la peopolisation de la vie politique. Par delà les idées toutes faites, qu’en est-il au juste ? Que faut-il entendre par peopolisation et peopolisation de la vie politique ? Sur quel terreau se développe une incontestable personnalisation du débat politique où femmes et hommes politiques exposent de gré ou de force intimité et vie privée ? Quels sont les enjeux de ces pratiques pour la vie démocratique ? Autant de questions qui courent depuis quelque temps et que la période électorale qui s’ouvre rend plus pressantes encore. Jamil Dakhlia, spécialiste  des médias populaires, nous livrera ses analyses.

    JEUDI  17 NOVEMBRE  2011 à 20 H 30

    Salle Georges Brassens

    35 avenue  de la Terrasse - Juvisy-sur-Orge

     


    votre commentaire
  • Sylvie Cadolle 

    Sylvie Cadolle, professeur certifiée de philosophie, après plusieurs années d’enseignement de la philosophie en lycée a enseigné la philosophie de l’éducation à l’IUFM. Elle a mené parallèlement un DEA puis une thèse de sociologie politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris sous la direction d’Irène Théry et a orienté son enseignement vers la sociologie de l’éducation. Ses travaux portent d’abord sur les mutations de la famille et leurs effets sur l’éducation. Elle a mené plusieurs enquêtes sur les relations entre beaux-parents et beaux-enfants dans les familles recomposées, sur le soutien apporté par les parents aux enfants jeunes adultes dans ces familles, puis sur les résidences alternées. Elle a aussi travaillé sur l’échec scolaire avec l’équipe ESCOL et enquêté plusieurs années sur « Le travail hors la classe, des pratiques différenciatrices » avec Patrick Rayou. Elle est actuellement maître de conférences à l’IUFM-Paris 4 Sorbonne et chercheuse au CERLIS-Paris V.

      

    Bibliographie

    Ouvrages

     S. Cadolle, Etre parent, être beau-parent. La recomposition de la famille. Editions Odile Jacob, Paris, 2000.

     S. Cadolle, Deux maisons pour grandir. Hachette, Paris, 2004.

     Articles ou chapitres d’ouvrages collectifs récents

     S. Cadolle, « Les mutations de l’autorité familiale », in Les Sciences de l’Education. Pour l’ère nouvelle, vol. 42, n°3, 2009.

     S.Cadolle, J. Reichstadt, «  Etude de cas : les temps du passé en CM2 » in Faire ses devoirs. Aspects cognitifs et sociaux d’une pratique ordinaire, P. Rayou (dir.),  Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 103-126.

     S.Cadolle, « Le travail de l’élève : enjeux et malentendus » Administration et éducation, n°126, mai 2010, p. 35-42.

     S.Cadolle, « La séparation des parents, quels effets sur l’éducation et le parcours des élèves ? » Diversité. Ville, école, intégration. n°163, déc. 2010


    votre commentaire
  • Marc-Olivier Padis

    Vice -Président, directeur éditorial de Terra Nova, rédacteur en chef de la revue Esprit

         

    Marc-Olivier Padis est rédacteur en chef de la revue Esprit. Agrégé de lettres modernes, il a travaillé pour le service social du Commissariat général du Plan en 2000 et 2001 (rapport sur les politiques publiques en direction de la jeunesse, remis par Dominique Charvet en 2001 sous le titre Jeunesse, le devoir d'avenir (La Documentation française). Il a aussi enseigné dans le Master d’études européennes de Sciences Po.

    Ses articles dans Esprit portent essentiellement sur la question européenne, la philosophie politique américaine, les relations intergénérationnelles et la santé publique. Il a co-écrit avec Thierry Pech Les Multinationales du cœur. Les ONG, la politique et le marché (Le Seuil/La République des idées, 2004)

          

     


    votre commentaire
  •  

    ASSOCIATION « OUVRIR LE DEBAT » CONFERENCE-DEBAT

    Marc-Olivier Padis

    Agrégé de lettres modernes, rédacteur en chef de la revue Esprit, auteur de « Les multinationales du cœur » (Seuil), « Marcel Gauchet, la genèse de la démocratie » (Michalon)

    LA FRANCE VIEILLIT

    Quels impacts psychologiques, culturels, sociaux, économiques, politiques ?...

    Démographiquement parlant, le vieillissement est l’accroissement de la part des personnes âgées dans une population. La France, après l’Irlande, malgré un taux de fécondité  par femme ( 2,1 %) supérieur à ses voisins  européens , vieillit comme les autres. En 2015, on comptera 25% de plus de 60 ans contre  20% en 1995, chiffres qu’explique pour une grande part l’augmentation  de l’espérance de vie à la naissance  (84,5 ans  pour les femmes en 2009 contre 69 ans en 1945 ; 77,8 ans pour les hommes contre 64 ans). Et en 2035, c'est-à-dire demain, un tiers des français aura 60 ans et plus ! Ces évolutions majeures ne sont pas sans impacts. On pense naturellement aux questions  largement débattues, sinon résolues,  de la prise en charge des retraites et de la dépendance. Mais les conséquences d’un tel mouvement sont multiples et complexes et ne concernent pas les « ainés » seuls. Il impacte le parcours de vie de tout un chacun  et bouleverse les équilibres des  relations entre trois  générations désormais appelées à coexister . Quelles répercussions sur les liens familiaux ? Quels partages des revenus et de la richesse ? Quelles  solidarités entre générations  ? Quels rapports de force dans les pouvoirs de décision ? Peut-on en cette année électorale  parler  d’un « grey power », d’un « pouvoir grisonnant » croissant ?... Ce sont toutes ces questions et bien d’autres que nous nous poserons avec Marc-Olivier Padis, rédacteur en chef de la revue Esprit qui sous sa conduite y a consacré récemment tout un dossier.

         Jeudi 8 Mars  2012 à 20 H 30 :SALLE G.BRASSENS – 35 av. de la Terrasse Juvisy-sur-Orge

    Association « Ouvrir le débat »   tél : 06 72 84 60 93         Entrée libre  

     


    votre commentaire
  • Stéphane Beaud vu par "Alternatives économiques" Un chercheur de terrain     

    Influencé par la sociologie bourdieusienne, il est avant tout un chercheur qui place son terrain d’enquête et les acteurs qui le composent au centre de l’analyse sociologique. Ainsi, durant sa thèse, il s’immerge pendant plusieurs mois dans des quartiers populaires de Dijon marqués par le déclin industriel ; il en tire, avec Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière, publié en 1999. Cet ouvrage marque le début d’une réflexion sur la transformation des milieux populaires dans la France contemporaine, que l’on retrouve aussi dans Violences urbaines, violence sociale (2003), consacré aux banlieues.

    Spécialiste des milieux populaires, Beaud montre par ailleurs comment l’école accentue encore les frustrations des jeunes issus de ces milieux en ne leur offrant pas ou plus les ressources nécessaires au processus d’ascension sociale, c’est la thèse de son ouvrage 80 % au bac… et après ?. Aujourd’hui, Stéphane Beaud est un des chercheurs français les plus actifs au sein de la discipline sociologique.

    Ses écrits

    Guide de l’enquête de terrain (1998), avec Florence Weber, coll. Repères, éd. La Découverte, 2003.

    Retour sur la condition ouvrière (1999), avec Michel Pialoux, éd. 10/18, 2005.

    80 % au bac… et après ? (2002), éd. La Découverte, 2003.

    Violences urbaines, violence sociale, avec Michel Pialoux, éd. Fayard, 2003.

    Pays de malheur : un jeune de cité écrit à un sociologue, éd. La Découverte, 2004.



     

    http://data0.eklablog.com/old/mod_article39497433_4f396edec178e.jpg http://data0.eklablog.com/old/mod_article39497433_4f396f4f27a1d.jpg


    votre commentaire