• Isabelle JARJAILLE, Journaliste indépendante ( Médiacités, Ouest-France, la Gazette des communes…), auteur de « Services publics délégués au privé : à qui profite le deal ? » (éd. Yves Michel, 2018) interviendra sur le thème : 

    SERVICES PUBLICS, GESTION ET FINANCEMENT. Le recours au privé…jusqu’où ? à quel prix ?

    Eau potable, ordures ménagères, transports urbains…depuis des années en de nombreux lieux, des collectivités locales ne gèrent plus directement ces services publics mais les délèguent à des entreprises privées. Mais ces dernières années, ce mouvement de « privatisation » aux multiples formes (délégation de service public, partenariat public- privé, privatisation au sens strict…) s’étend et séduit l’Etat lui-même. Le nombre de secteurs touchés s’accroît :  dans la santé ( l’hôpital francilien de Corbeil-Evry),  les transports (gestion des autoroutes ; aéroports), le stationnement … et même le secteur régalien  (construction de prisons).  

    Comment s’explique un tel mouvement qui semble ne pas devoir s’arrêter ? Victoire de l’idéologie néo-libérale déterminée à réduire au minimum le rôle de l’Etat ? Moyens de faire des économies immédiates (réduction du nombre de fonctionnaires, investissements confiés au privé) à l’heure des déficits publics ? Souci de performance et d’efficacité que n’aurait pas les services publics et ses agents ?

    Quelles en sont les conséquences ? Les « services publics » sont-ils concrètement mieux assurés par le « privé » et toujours accessibles à tous ? L’usager, devenu souvent le client, y trouve-t-il son compte, y compris financièrement ? Si l’Etat et les divers pouvoirs publics locaux n’ont jamais tout fait par eux-mêmes- et c’est tant mieux-, est-il  toutefois pensable et souhaitable qu’ils soient réduits à définir des règles et en contrôler l’application ? N’y-a-t-il pas des domaines où ils doivent demeurer des acteurs directs pour des raisons stratégiques ou des impératifs de cohésion sociale ?  Isabelle Jarjaille qui s’ intéresse depuis des années à toutes ces questions nous aidera à y répondre.

    Mardi 16 avril 2019 à 20 h 30

    Salle des Travées, Rue du Dr.Vinot (près de la caserne des pompiers), Juvisy-sur-Orge

    Association « Ouvrir le débat »   tél : 06 72 84 60 93, Blog :http://old.eklablog.com

    Entrée libre

    N'hésitez pas à utiliser la partie "commentaires" sous cet article pour poser des questions : elles seront transmises à l'intervenante


    votre commentaire
  • ... On nous signale :

    " l’existence d’une excellente émission radiophonique  sur internet sur Binge Radio « les couilles sur la table ». Cette émission au-delà de son titre provocateur questionne avec beaucoup de finesse -le plus souvent- « les masculinités ». En particulier une émission m’a particulièrement intéressée avec un auteur canadien Dupuis-Deri. 
    Par ailleurs un blog intitulé « entre les lignes entre les mots » également particulièrement riche met en exergue, dans un article récent, le cyber harcèlement au travers de deux romans noirs. Voici le lien:
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/02/24/au-sujet-du-cyberharcelement-deux-polars-recents/ "

    Avis aux intéressés


    votre commentaire
  • Claire Blandin, (Professeure en Sciences de l'Information et de la Communication, Université Paris 13 )

    interviendra sur le thème :

    Affaire Weinstein. Une onde de choc ? Quelles médiatisations pour les paroles des femmes ?

    C’est une affaire hors normes qui a eu des répercussions hors normes aux Etats-Unis et ailleurs. Depuis les révélations sur le comportement de « prédateur » du producteur américain Harvey Weinstein, les femmes n’en finissent plus, à travers metoo, balancetonporc et d’autres hashtags de révéler le harcèlement et les agressions qu’elles ont subies. Tous les secteurs sont concernés : le monde de la culture et du spectacle, de la politique, celui de l’enseignement, de l’information, du cinéma, du sport, de l’entreprise… et dans la banalité de la vie quotidienne, la rue, les transports. Quelques mois plus tard, peut-on dire que les choses ont changé et que la tolérance au sexisme sous toutes ces formes recule ? La « bombe Weinstein » va-t-elle encourager les hommes à s’emparer réellement de la question de l’égalité et devenir eux aussi féministes ? Sommes-nous sur le chemin d’une « nouvelle civilité sexuelle » ?

    Cette actualité invite à s’interroger sur les formes de médiatisation de la parole des femmes au cours du XXe siècle. Chaque « vague » de féminisme s’est en effet accompagnée de la mobilisation de formes médiatiques spécifiques : les quotidiens populaires de la Belle Epoque ont relayé ou moqué les combats pour les droits civiques, les féministes des années 1960 se sont emparées de la vidéo pour défendre leur droit à disposer de leur corps… la troisième vague, contemporaine, use des réseaux sociaux comme relais de mobilisation. Ces trois époques permettent de réfléchir au rôle des médias dans la circulation de la parole des femmes dans l’espace public.

     

    Mardi 19 mars  2019 à 20 h 30, 

    Salle des Travées, Rue du Dr.Vinot (près de la caserne des pompiers), Juvisy-sur-Orge

     


    1 commentaire
  • Lors de notre récente assemblée générale nous avons évoqué l'intérêt d'expérimenter un usage plus interactif du blog par exemple :

    - pour formuler des questions en amont de la conférence,

    - pour poursuivre les échanges, les lectures, les réactions après la conférence. 

    Notre prochaine conférence, le 12 février, nous permettra d'accueillir Jean-Luc ROMERO-MICHEL sur le thème 

    MOURIR DANS LA DIGNITÉ (soins palliatifs, euthanasie, suicide assisté…) QUELS ENJEUX POUR UNE LOI DU LIBRE CHOIX ?

    Si vous souhaitez formuler vos questions par rapport à ce thème, n'hésitez pas à utiliser la rubrique "commentaires" qui suit l'annonce de la conférence au lien suivant : 

    http://old.eklablog.com/jean-luc-romero-michel-mourir-dans-la-dignite-quels-enjeux-pour-une-lo-a158542370 

     

    Vos questions pourront être transmises au conférencier. 


    1 commentaire
  • Le Mardi 12 février  2019 à 20 h 30, Salle des Travées, Rue du Dr.Vinot (près de la caserne des pompiers), Juvisy-sur-Orge, l'association Ouvrir le Débat accueillera Jean-Luc ROMERO-MICHEL, président de l’ADMD ( Association pour le Droit de mourir dans la Dignité), auteur de « Lettre ouverte à Brigitte Macron » (2018). 

    Il interviendra sur le thème "MOURIR DANS LA DIGNITÉ. Quels enjeux pour une loi du libre choix ? "

    Selon la règle en vigueur, les lois sur la bioéthique doivent être revisitées tous les sept ans. Les Etats généraux de la bioéthique ont été lancés en janvier 2018 : un  projet de loi à ce jour toujours en attente devrait suivre.  Sous la houlette du Comité Consultatif National d’ Ethique, une soixantaine de débats ont été  organisés dans les différentes régions de France. Vu l’actualité (  situation déchirante de Vincent Lambert, combat de l’écrivaine Anne Bert en faveur d’un droit à l’euthanasie et au suicide assisté…), la question de la fin de vie s’est invitée finalement à l ‘ordre du jour. Cette question a déjà été  abordée en 2005 par la loi Leonetti  et à nouveau en 2016 par la loi Claeys-Leonetti, créant de nouveaux droits en faveur des personnes en fin de vie ( prise en compte des « directives anticipées », définition de la SPC -Sédation Profonde et Continue jusqu’à la mort- obligation d’une décision médicale collégiale…). Faut-il aller au-delà  à l’instar de ce qui se pratique ailleurs (Belgique, Suisse…) ? Si certains s’opposent à cette loi qui pour eux va déjà trop loin, d’autres considèrent qu’avant d’ajouter quoi que ce soit, il faut prendre le temps d’en évaluer les effets et de généraliser les soins palliatifs. D’autres considèrent qu’il faut aller plus loin, reconnaitre la liberté de choisir sa mort  et si nécessaire d’être aidé dans sa mise en œuvre. De redoutables et inévitables questions se posent : jusqu’où peut aller « l’aide à mourir » ? Qu’est-ce que « mourir dans la dignité » ?... Les réponses apportées sont légitimement diverses. Elles doivent être débattues. Quels en sont les enjeux ? De quelles conceptions de l’homme sont-elles porteuses ?  Jean-Luc Romero-Michel, président de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, apportera sa contribution au débat qui suivra et qui nous concerne tous.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique